La Cassette Party #6 au Quartier Libre - 09/12/2016

Il fallait ne pas rater la soirée organisée par la cassette au Quartier Libre vendredi soir dernier, qui invitait Thomas Skrobek et ses Sauvages Colorés ainsi que La Gronde.

Les festivités débutent dès 19h30, où en guise d'amuse-bouche, Thomas Skrobek et sa chorale déjantée nous proposent une répétition publique. Le principe est simple : toute personne présente dans le bar peut se joindre au groupe et accompagner l’accompagner en chantant, ou bien en se saisissant d’un instrument.

Du fait de l’horaire, le bar n’est encore que peu bondé, ce qui n’empêchera pas quelques curieux et curieuses de rejoindre l'arc de cercle formé par les Sauvages Colorés.

Durant une bonne heure et demi, cette joyeuse compagnie enchaine les morceaux dans la bonne humeur et l'humour, chacun y allant de sa petite blague, certains s’improvisant même quelques montées lyriques.

Alors que le bar s'emplit progressivement, le concert débutera aux alentours de 22h, et c’est devant un public désormais nombreux que Thomas Skrobek et ses acolytes dévoilent leurs chansons. Les textes varient du français à l’anglais et témoignent une véritable sensibilité artistique.

La voix affirmée de Thomas Skrobek se mêle parfaitement aux choeurs des Sauvages Colorés et aux autres instruments en présence : deux percussionnistes ainsi qu'un second guitariste se placent sur la partie droite de la scène, si bien qu’on en vient à se demander comment toute cette foule peut tenir sur un emplacement si exiguëe. 

C’est surement une des raisons qui poussera la chorale à se déplacer à maintes reprises dans le public et les inviter à rejoindre leurs choeurs. Dans un véritable esprit de fête et d’amour, les musiciens tout comme le public termineront le show en sueur et épuisé, mais le sourire au coin des lèvres. 

La soirée n’en est pourtant qu’à son commencement, puisque rapidement c’est La Gronde qui va prendre la relève pour un DJ set ravissant les oreilles des amateurs de funk, de hip-hop et de musiques électroniques. Les minutes et les heures passent à grande vitesse alors que le dancefloor ne désemplira jamais jusqu’à l’inévitable fin de soirée, aux environs de 2h.

Le bar se désengorge peu à peu et les gens peuvent rentrer chez eux satisfaits de leur soirée...

Ecrit par Simon Chapuis

 Photo par Marie Corbal

Photo par Marie Corbal

Milos Ares Asian Teran