my best beaches

Le titre accrocheur My Best Beaches révèle l'attachement viscéral à la mer. Cette intensité apaisante nous invite à participer pleinement au double exil : la musique et les vagues. Les générateurs de la création musicale entre ombre et lumière. 

Il suffit d'une vingtaine de minutes pour voyager au coeur d'un journal intime avec des mouvements musicaux qui flottent longtemps. Ce rendez vous est plutôt discret avec des richesses mélodiques basées sur le lap steel et les vagues. Toute la vie tamisée file dans ces notes musicales. Il faut les aimer. 

Beaucoup de poésie à chaque réécoute de ce magnifique album. L'entendre c'est faire l'expérience d'une traversée en se laissant imprégner par le croisement entre le lap steel et les bruits de vagues. Une interaction musciale d'une forte intensité poétique. 

Ce que nous pouvons ressentir en l'écoutant est la quiétude. Le lap steel semble surgir de nulle part pour nous amener au delà de la mer où il n'y a pas de frontière. Seulement l'horizon - une ligne fragile - nous rappelle la limite et le point de fuite.
HEAR NO EVIL

Étendu sur une plage hawaïenne, on se laisse bercer par le ukulélé et le lapsteel. Loin de la ville, l’acoustique prend le dessus. Ces morceaux instrumentaux pourraient être la bande son d’un film. On suit un personnage seul, badaudant sur son île, tantôt languissant sur des rythmes répétitifs, tantôt guilleret sur des maracas et un balafon. Une surprenante rencontre country / Caraïbes.  SELECTION AVRIL 2016 LONGUEURS D'ONDES

Multi-instrumentaliste bordelais et grand ami de Kim Giani (artiste et fondateur du MK Label), le baroudeur Henri Caraguel nous présente un mini-album en solo : “My Best Beaches”. Entièrement instrumentales, ces 8 pistes, rassemblées comme un carnet de voyage, sentent bon la fleur de Tahiti et le sable chaud. Alors qu’il vente ou qu’il pleuve, allongez-vous bien tranquillement sur votre couette, fermez les yeux et laissez-vous bercer par le ukulélé, le balafon ou encore le lapsteel. Enregistré à la maison (et à la mer pour capter le son des vagues), ce disque solaire prend des allures de bande originale de François de Roubaix. Un petit délice ! LES INROCKS LAB

 

My Best Beaches » est une œuvre singulière dans le panorama musical actuel. Il faut imaginer un François de Roubaix contemplatif mais soucieux, concevoir un Beck à qui on aurait interdit ses joujoux électroniques.

Ukulele, lapsteel, balafon, Hawaii n'est plus si loin à l'écoute de ce disque. Cultivant l'esprit des chemises à fleurs et du mojito hivernal, ces 8 titres instrumentaux sont autant de souvenirs de plages, de vie de famille, de couple, pour ce sensible baroudeur.

Caraïbes, Méditerranée, Long island, « My best beaches » est un journal intime musical dévoilé à qui veut bien l'écouter. On ne peut ignorer l'empreinte qu'ont laissé des maîtres de l'ambiance comme le délicat Mathieu Boogaerts ou les populaires Calexico sur ce gringo amoureux de musique avant d'être épris d'un style.

Point de sample ou de beat box sur les bandes, ici les instruments sont choyés, les maracas ont encore leur place, les guitares n'ont pas été délocalisées et la tradition acoustique a mué en un doux leitmotiv de vacances. 

Ed WOOD LAB

photo : Fanny Boldini
Artwork : Christophe Dubois
Booking : henricaraguel@hotmail.com