Interview Homebirds signé Sys

> Pourquoi HOMEBIRDS ? Y a t-il une raison particulière ?
Thibault : Ça veut dire "casanier". On aime bien la consonance, l'imagerie qui peut en découler. 
Arnaud B: Pour ma part je n’ai pas participé au choix du nom vu que j’ai intégré le groupe en cours de route! Maintenant que j’y pense on aurait pu s’appeler « Submarine » l’idée de s’isoler etc… (rire)
Arnaud D. : Pourquoi Homebirds? Pourquoi pas... Il fallait bien trouver un nom pour le groupe ; je trouve que ça sonne bien!

> Dans votre groupe,qui écrit les textes ? Qui compose les morceaux ?
Thibault : C'est Arnaud Bourbon et moi qui écrivons les textes. Chacun écrit sa partie en cherchant à faire coller les paroles au thème qu'on s'est proposé. Parfois, ça a un petit goût de cadavres exquis. Pour les paroles d'Arnaud Duvergé, on se partage le travail ou on fait en commun, en suivant le même principe que pour les autres paroles.
Arnaud B: pas mieux!

– Comment créez-vous collectivement vos morceaux ? Avez-vous une méthode, un processus, une recette qui vous corresponde ?
Thibault : Ça part toujours d'un jam. Les morceaux se construisent d'eux-mêmes, assez spontanément. Ensuite, on peaufine, on rajoute des parties, on bosse les voix et on y colle des paroles pour remplacer le yaourt originel.
Arnaud B: idem!
Arnaud D. : Ça part souvent d'impro. Je trouve que le résultat est très bien, non?

> Tous au chant, était-ce une évidence dès le début ?
Arnaud B: c’était un souhait, l’idée que tout le monde se fasse plaisir!
Arnaud D. : Chanter à plusieurs donne de la couleur aux morceaux!

- Un album en vue ou Prévoyez-vous prochainement d'autres morceaux ?
Arnaud B: toujours pas décidé!
Thibault : On a déjà deux morceaux en cours de mix enregistrés par Jérôme d'Aviau (Sweat like an Ape, Docteur Culotte, etc...). Et puis, on ne serait pas contre un autre petit séjour au Kitchen Studio pour avoir suffisamment de morceaux pour un LP. On en a assez en réserve, en tout cas, pour un album.

– Avez-vous envisagé la possibilité d'écrire des textes en français ?
Arnaud B: No way! (rire)
Thibault : A chaque fois qu'on a essayé, il n'y avait que des paroles sur la pêche aux crustacés qui nous venaient. Peut-être plus tard un concept album : je sais pas moi, on pourrait le baptiser Rock around the coque ou Bad Moule Rising?
Arnaud D. : Pour l'instant, nous n'avons pas parlé d'écrire des textes en français, mais pourquoi pas?
Thibault : Mais enfin, Arnaud, qu'est-ce que tu racontes?

> Sur scène, vous laissez-vous des plages d'improvisation ?
Arnaud B: On improvise bien des boulettes!
Thibault : Aha! J'aurais pas dit mieux!
Arnaud D. : Oui, sur scène, on fait des impros : ça rend le concert unique ou merdique!

– Agrémentez-vous votre set de reprises ? ( si oui, lesquelles ?),
Arnaud B: Pas vraiment! Moi je reprendrais bien un morceau de INXS! Sérieux!
Thibault : Arnaud, t'es viré!
Arnaud D. : Non. Pas pour l'instant... mais une bonne reprise des Gun's and Roses dans un bar de métal me ferait kiffer!

– Êtes-vous plutôt du genre traqueur ou plutôt serein et confiant avant de monter sur scène ?
Arnaud B: Plutôt serein, peut être trop du coup!
Arnaud D. : Pour moi, pas de stress, c'est que du bonheur!

– Y aurait-il un souvenir marquant, une anecdote dont vous voudriez nous faire part ?
Arnaud B: notre meilleur concert au Boqueron pour la fête de la musique, c’était cool!
Arnaud D. : Le concert au Quartier Libre!
Thibault : En tout cas, notre pire cauchemar, c'était un concert aux Runes! On peut le dire, non? On avait l'impression de jouer chacun simultanément dans un groupe différent.

– Que pensez-vous de la scène Rock Bordelaise actuelle ?
Arnaud B: Plutôt riche, stimulante, j’ai le sentiment que les groupes se soutiennent les uns les autres, c’est le monde des bisounours! (Rire)

– Dans l'idéal, pour quels groupes accepteriez-vous de faire la première partie sans aucune hésitations ? ( même des groupes qui ne sont plus actifs aujourd'hui …)
Thibault : Thinking Fellers Union Local 282 ou un festival à Melbourne.
Arnaud D.: The Bats ou The Clean
Arnaud B : Je parle pour moi là: CALC ! A l’époque, je ne ratais aucun concert. C’était les « Cure Bordelais »!

Milos Ares Asian Teran